Vélorution

La Vélorution est un mouvement dont l'objectif est de promouvoir l'utilisation des moyens de transports personnels non polluants.



Catégories :

Transport et société - Mouvement écologiste - Environnementalisme - Altermondialisme

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • L'Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) est une.... Sur la BA 705, on nous a dit que Vélorution est au pays des bisounours (sic), ..... Notre victoire est dans ce grand mouvement collectif appelé Vélorution et par conséquent... (source : velorutiontours.over-blog)
  • Le 3 septembre l'association Mieux se déplacer à bicyclette dans le Val-de-Marne (MDB94) s'unit à la Vélorution. La Vélorution est un collectif... (source : joinville-le-pont)
  • Sur les mêmes thèmes. Associations, collectifs, coordinations... Vélorution est une dynamique, un mouvement social qui vient de se créer à Paris pour... (source : paris.lesverts)
San Francisco Critical Mass, 29 Avril 2005.

La Vélorution (jeu de mot mêlant vélo et révolution) est un mouvement dont l'objectif est de promouvoir l'utilisation des moyens de transports personnels non polluants (bicyclette, patin à roulettes, skateboard). L'ensemble des derniers vendredis du mois dans la majorité des pays (et l'ensemble des premiers samedis du mois en France), ces véhicules viennent en masse sur la route (d'où le nom anglais critical mass) pour se réapproprier la route, le temps d'une manifestation au moins.

En France, des associations "Vélorution" ont été créées pour défendre les droits des cyclistes, à Paris, à Toulouse. Le plus fréquemment, il s'agit de "collectifs" qui agissent en liaison avec les associations existantes.

Débuts

La première Vélorution en France a été organisée au début des années 70 par les Amis de la Terre à Paris contre un projet d'autoroute qui devait longer la Seine et traverser la capitale d'est en ouest . La manifestation réunit plus de 10 000 cyclistes. Tout au long des années 70, ce terme va être repris pour des actions cyclistes. La revue écologiste S!lence en fait son titre d'une en mars 1983.

La paternité du terme est controversée. Elle est fréquemment attribuée à Aguigui Mouna, André Dupont de son vrai nom, qui fait sa campagne à l'élection présidentielle de 1974, à bicyclette, "Je suis un cyclodidacte, la vélorution est en marche".

Aux États-Unis, en 1992 à San Francisco 52 personnes participent à une Masse critique. L'idée est alors reprise de faire des manifestations à date régulière jusqu'à atteindre une masse critique suffisante pour peser politiquement.

Par la suite, de nombreuses personnes rejoignent le mouvement. On estime qu'il y aurait des vélorutions dans plus de 325 villes[1].

Julos Beaucarne, vélorutionnaire avant l'heure

Pour Julos Beaucarne, écrivain et chanteur wallon, la révolution est aussi une vélorution. Le vélo est un élément important dans la réflexion de Julos, la "julosophie". La révolution passera par le vélo, camarade !, parce que le vélo apparaît comme un instrument parfait, le plus parfait après l'homme.

Citation extraite du recueil de poèmes Julos rédigé pour vous, Editions Duculot, 1975 :

La révolution passera par le vélo camarade, Ah la bicyclette !
Elle te permet d'aller cinq fois plus vite que le piéton,
Tu dépenses cinq fois moins d'énergie et tu vas cinq fois plus loin,
En vérité je te le dis camarade, la révolution passera par le vélo
S'coup ci ça va daller,
el vi monde va squetter,
tertous tertous inchenne
No Dallons l'fait petter.

Traduction des 4 dernières lignes rédigées en wallon : cette fois-ci ça va aller, le vieux monde va se briser, n'importe qui, n'importe qui ensemble, nous allons le faire changer.

Objectifs

Les objectifs de la Vélorution sont nombreux et non définis strictement, de par sa constitution. Chaque collectif décide des valeurs et des objectifs à faire passer par ces manifestations. Cependant, plusieurs objectifs se détachent, surtout une plus grande place et une meilleure reconnaissance des vélos, et d'une façon plus générale une bataille contre le monopole des véhicules individuels motorisés, les voitures, scooter et motos. Vélorution reprend des revendications communes avec le cyclisme urbain : code de la rue, réaménagement de l'espace, prise en compte du vélo à l'ensemble des niveaux, local, régional et national.

Vélorution s'attaque en plus à des symboles forts : le Lisbonne-Dakar (ex-Paris Dakar, véritable apologie de la voiture), le salon de l'auto, de la moto, la sur-consommation. Vélorution participe à des luttes communes pour les écoquartiers à Paris, pour le climat, pour le réseau vert à Paris. Vélorution fait vivre en France la Manifestation Mondiale Cyclo-Nudiste en juin, et organise chaque 22 septembre (en hommage à l'ex-"journée sans voiture") des vélorutions giratoires en tournant autour des plus grandes places des villes de France.

En France et en Belgique

Le mouvement vélorution existe dans plusieurs villes de France, à Angers, Avignon, Bordeaux, Brest , Cherbourg, Chambéry, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy, Nantes, Paris, Poitiers Rennes, Rouen, Saint-Étienne, Strasbourg, Toulouse, Tours et Vannes. Chaque collectif est autonome, et accessible depuis le site vélorution.

À Lille

Le mouvement vélorutionnaire de Lille a été relancé par Chiche!, et l'ADAV. Il est désormais organisé par le "Collectif Vélorution", qui regroupe des individus et des associations et se réunit au Café Citoyen. La Vélorution se tient le 1er samedi du mois, départ Grand'Place de Lille, à 14h.

À Toulouse

Le mouvement vélorutionnaire de Toulouse existe depuis 2002. Après une forte répression (arrestations sur les manifest'actions, expulsion) et de lourdes condamnations (13 mois de prison ferme en tout pour l'un des bénévoles, dont 6 effectués) l'association a néenmoins continué à exister ainsi qu'à se développer de façon particulièrement concrète avec des ateliers et des garages volants sur les marchés. Elle propose une vision globale de ce que pourraient être des transports écologiquement soutenables (défense des cyclistes ; aide et assistance à l'ensemble des mono, bi et multi-cyclistes ; éradication des véhicules dangereux et carburants toxiques ; redéploiement des transports publics gratuits), et réclame l'arrêt des aménagements dits "cyclables", considérant qu'ils ont une dangerosité extrême pour les cyclistes. Les liens avec la Fubicy sont inexistants du fait que cette dernière continue de faire la sourde oreille à toutes nos démarches. Une masse critique (rassemblement par coïncidence des yclistes et autres modes doux déplacement) a lieu depuis septembre 2007 le dernier vendredi de chaque mois à 18h place du Capitole, les vélorutionnaires y participent activement mais c'est un autre collectif...

À Cherbourg

Le mouvement vélorutionnaire de Cherbourg a donné lieu à la création d'une association adhérente au réseau Fubicy pour tenter d'allier l'énergie des mouvements spontanés vélorutionnaires au travail de longue haleine de la Fubicy (travail sur le code de la rue par exemple).

À Angers

Chaque premier samedi du mois, depuis Septembre 2004, les cyclistes vélorutionnaires se rejoignent à 15h place du Ralliement. Il n'y a aucun organisateur, aucun décideur. La balade, d'une heure à peu près, est improvisée.

À Lyon

Le mouvement vélorutionnaire de Lyon a été lancé par un groupe de personnes en avril 2006. Il y a eu par le passé des manifestations de cyclistes organisées par l'association Regroupement pour une ville sans voitures (RVV). Après une période de vide dans la revendication publique des cyclistes, Vélorution Lyon a relancé cette dynamique en rendant le rendez-vous mensuel (le 4e samedi de chaque mois). Chaque manifestation se veut festive (le terme de manifestive est utilisé), ouverte à tous (petits et grands) mais revendicative. Un choix de thématique permet fréquemment de mettre l'accent sur l'actualité, un problème ou simplement créer une dynamique (pollution de l'air, traversée des ponts, manque d'aménagements cyclables, vive le pétrole cher, pour une politique municipale moins frileuse, etc. ). Vélorution Lyon s'associe régulièrement à d'autres mouvements ou associations lyonnais (collectif des déboulonneurs, ... )  ;Thématiques, couleurs, musique, slogans, revendications et bonne humeur font de chaque rendez-vous un évènement différent où chacun peut s'investir. La Vélorution se tient le 4eme samedi du mois, départ devant l'Opéra de Lyon, à 15h.

À Bruxelles

Le collectif Placeovélo organise une masse critique chaque dernier vendredi du mois (départ 18.00 Porte de Namur)

À Tours

Chaque premier samedi du mois à 14h30, le collectif Vélorution Tours s'élance dans les rues de la ville pour promouvoir «un meilleur partage de la route». Son champ d'action est large et ne se limite pas au vélo. Le collectif à pour but de soutenir les associations locales : c'est ainsi qu'il a plusieurs fois soutenu les riverains mécontents du Secteur T (en guerre contre les camions), qu'il a organisé avec la FNAUT une action à la gare de Tours, qu'il a travaillé avec l'association Robinson (promotion des cosmétiques naturels), qu'il a organisé un parcours historique avec un cinéma indépendant. Vélorution Tours s'inscrit par conséquent dans le tissu social et ouvert de la société tourangelle.

Vélorution Spécial Dakar, vélorution spécial réchauffement climatique, vélorution spécial «on tourne en rond» pendant les journées sans ma voiture, ce collectif essaie d'associer des thèmes rassembleurs. il ne manque aucune occasion de pédaler pour une société plus juste, plus équitable et moins motorisée.

Le collectif réfléchit et agit sur propositions des membres présents à chaque vélorution. Ce sont par conséquent bien les vélorutionnaires qui font la vélorution.

À Strasbourg

Quatre fois par an, ou plus, ou moins, la CREP de Strasbourg organise une révolution à pédale. Le collectif se creuse à chaque fois le ciboulot pour trouver une thématique politique, le plus fréquemment en rapport direct avec la période de l'année (les rois de la route à la période des galettes des rois, vélorution carnavalesque en février), avec un évènement (anti Tour de France en 2007) ou plus en lien avec un problème environnemental comme par exemple la construction d'une autoroute (GCO) en lien avec d'autres associations ou collectifs. Le collectif s'intéresse aussi aux problèmes de partage des espaces publics (vidéosurveillance, bancs anti-SDF, privatisation, pollution publicitaire... ) et tente de le reconquérir sur un mode politico-ludique (journal mural, affichages, occupations de parkings). CREP veut dire Collectif de Réappropriation de l'Espace Public.

À Chambéry

Chaque premier vendredi du mois, à 18 heures, les vélorutionnaires chambériens se rejoignent sur la place du palais de justice. Ils décident ensuite de parcourir les rues du centre-ville pendant une petite heure avec une thématique différente chaque mois. Le mouvement vélorutionnaire de Chambéry a été relancé par Chiche ! en juin 2007.

A Rennes

Tous les premiers samedi du mois, les vélorutionnaires rennais se rejoignent, 15h place Hoche, pour parcourir les rues, fréquemment déguisés, avec affiches, banderolles et slogans de type manifestation politique (ils enjoignent aussi les cyclistes qui se promènent à les rejoindre) pour inciter les gens à prendre leur vélo. Un atelier de réparation de vélos est proposé à 14h, puis une petite collation bio à la fin de la manifestation. Une vélorution est aussi organisée pour la Semaine de l'Environnement, l'ensemble des ans, à la mi-mars. La vélorution de Rennes est organisée par les associations Ar Vuez et Rayons d'action.

À Grenoble

Et à Grenoble aussi, comme c'est tout plat c'est pratique. Elles sont généralement organisées par une association locale uN p'Tit véLo dAnS La Tête, à peu près deux fois par an.

À Bordeaux

La vélorution est ouverte à tou-te-s en un collectif informel où on peut trouver des membres du Pas de côté (réseau décroissance) ou de Chiche ! Chaque dernier samedi du mois, à 15h, des vélorutionnaires convergent vers la place de la Victoire pour un parcours à vélo, rollers, monocycle, etc. Entre 14h et 15h, atelier déco-réparation. Le mouvement est apparu en janvier 2006, avec l'ambition d'une critique radicale de la société automobile, comme lors de la projection de The End of Suburbia à Utopia, qui mettait en question l'étalement urbain et le recours à la bagnole. Passage à vide en 2006-2007, reprise irrégulière depuis, mais le rendez-vous est pris.

À Berlin et dans le Brandebourg
Article détaillé : circuit de l'étoile.

Aux États-Unis

Article principal : Masse Critique.

Littérature

  • Le roman d'Eric Le Braz, L'homme qui tuait des voitures, raconte l'histoire de la psychose qui s'empare de Paris quand un tueur en série s'attaque aux automobobilistes.
  • Ivan Illich, père du concept de contre-productivité, porteur de réflexions fortes sur la contre-productivité de l'automobile dans la société.
  • Jean-Pierre Dupuy, Pour un catatrophisme éclairé.
  • Jacques Ellul, auteur d'une grande réflexion sur la technique, intéressant à l'époque de la "voiture propre".

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9lorution.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu