Janadesh 2007

Janadesh est un mot hindi qui veut dire «le Verdict du peuple». C'est une campagne nationale non-violente lancée par le mouvement Ekta Parishad pour revendiquer le droit à la terre pour tous, en Inde.



Catégories :

Mouvement altermondialiste - Altermondialisme - Agriculture en Inde

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • est un ultimatum adressé au gouvernement : résoudre les problèmes... Si cette requête n'est pas satisfaite en Octobre 2007, 25 000 sans- terre... (source : french.janadesh)
  • ... La mobilisation pour ce Janadesh 2007 est mondiale, car le problème indien de la terre trouve écho dans l'ensemble des pays du monde, ... (source : france-fdh)
  • " est exclusivement financée par la mobilisation des familles rurales pauvres.... terre ainsi qu'à la dignité en Inde, je fais un don de :... (source : fdh)

Janadesh est un mot hindi qui veut dire «le Verdict du peuple». C'est une campagne nationale non-violente lancée par le mouvement Ekta Parishad [1] pour revendiquer le droit à la terre pour tous, en Inde. Cette campagne débute en 2005 et culmine sous la forme d'une marche de 350 Km en octobre 2007, qui réunit 25000 marcheurs.

Elle vise à redonner une dignité aux populations marginalisées grâce à l'accès à la terre ainsi qu'à des ressources naturelles et économiques appropriés. Elle mobilise les communautés (essentiellement tribales et intouchables) dans un combat non-violent, pratique de la désobéissance civile principalement, au niveau local, national et mondial.

L'histoire de la réforme agraire en Inde et l'aboutissement de Janadesh

En Inde, la réforme foncière est un “chantier inachevé”. Après l'indépendance indienne, les gouvernements successifs ont théoriquement accepté la réforme foncière comme une base pour la justice sociale et le développement socio-économique. Même le gouvernement national actuel est arrivé au pouvoir en promettant une reconstitue foncière. Mais aucun progrès n'a été fait dans l'application des lois concernant la terre, ni dans la distribution de terres aux sans terre.

D'après la Constitution Indienne, la réforme foncière est une compétence du gouvernement étatique. Ainsi, seules les Législations étatiques ont le pouvoir de promulguer des lois pour la réforme foncière. Leur application est aussi de leur seule responsabilité. Le Parlement et le Gouvernement Indien n'ont pas la possibilité d'ériger des lois concernant le foncier, ou de les appliquer, ni même de donner des directives aux gouvernements fédéraux. Chaque État du pays a par conséquent ses propres lois, et son propre rythme pour les appliquer.

Mais la forêt et la nature “sauvage” sont par contre des sujets centraux. L'ensemble des lois concernant la gestion des forêts et la protection des espaces naturels sont des lois nationales, fréquemment en contradiction avec les lois foncières. De plus, le Land Acquisition Act de 1984 autorise l'État Central Indien de réserver une terre pour “l'intérêt public” sans pour tout autant définir ce terme. On observe par conséquent, finalement, une centralisation du pouvoir sur les ressources naturelles.

On observe aussi des conflits d'intérêts entre les lois nationales elles-mêmes. C'est le cas pour les différentes lois forestières et la récente “Loi tribale” de 1996. Tandis que les premières restreignent l'accès aux forêts, la dernière affiche l'objectif de donner aux “tribaux” des droits de propriété sur les ressources naturelles (y compris les forêts). La question du contrôle et de l'accès aux ressources naturelles est ainsi compliquée par le chevauchement de lois, qui entrent en conflit. Dans ce cadre législatif, il est particulièrement facile pour les gouvernements (central et fédéraux) de fuir leurs responsabilités, s'accusant les uns et les autres des souffrances du peuple. À cela s'ajoutent les luttes de pouvoir entre fonctionnaires des administrations centrales, administrations fédérales et fractions politiques diverses.

Privatisation, Libéralisation et Globalisation sont les derniers éléments d'une situation déjà chaotique dans le domaine des ressources naturelles. Il est alors impossible pour les “pauvres” de ce pays d'exercer leur droit de vivre.

Ekta Parishad, tenant compte des expériences passées, est persuadé que la création d'une Autorité Foncière Nationale est un moyen de pression sur les gouvernements, et que Janadesh 2007 génèrera une réponse significative de la part du gouvernement. Les campagnes précédentes menées par Ekta Parishad au niveau des États fédéraux ont montré les limites de ces campagnes situées. En effet, elles permettent uniquement de diminuer provisoirement l'intensité du problème, et de trouver des solutions partielles à une question qui nécessite un changement radical des institutions. Janadesh 2007 est par conséquent conçue comme une campagne nationale qui sera à même de connecter les luttes locales, de réunir nombre de personnes et d'organisations ; et ainsi de donner une impulsion indispensable aux réformes foncières et au contrôle communautaire des ressources naturelles. Janadesh 2007 est un ultimatum adressé au gouvernement : résoudre les problèmes fonciers ou faire face à des actions directes non-violentes.

Déroulement de la marche de Janadesh 2007

La marche finale de Janadesh 2007 regroupera 25 000 personnes pendant 26 jours (du 2 octobre 2007 au 28 octobre 2007) dans le Nord de l'Inde, entre Gwalior (Etat du Madhya Pradesh) et New Delhi (la capitale). À l'arrivée à Delhi, de nombreux activistes indiens mais aussi 100 000 participants attendront les marcheurs pour une manifestation pacifique. Cette marche est d'une envergure sans précédent : c'est le plus grand mouvement de plaidoyer pour les droits des Sans terre depuis le combat de Gandhi et l'indépendance de l'Inde.

Objectif de cette marche

Ekta Parishad (le mouvement qui organise Janadesh) veut faire pression sur le gouvernement pour résoudre le problème de la terre en Inde et assurer la sécurité alimentaire de ses citoyens, grâce à l'accès à trois ressources essentielles : l'eau, la forêt et la terre. Pour cela, il faut que les intouchables, les paysans sans terres et autres marginalisés de la société indienne puissent exprimer ouvertement les problèmes qu'ils font la connaissance de au gouvernement. Les dirigeants du pays ont été alertés sur les revendications du peuple pour ses droits fondamentaux, surtout lors d'une rencontre entre le Premier Ministre Indien (Mr Manmohan Singh) et Puthan Veetil Rajagopal, le président d'Ekta Parishad, le 24 décembre 2005.

Mettre en avant le Verdict du peuple est un moyen de pression pour démarrer un calendrier de changements sociaux qui vise à supprimer la pauvreté et rendre justice aux plus démunis (sous forme de droits fonciers, entre autres). Ce mouvement gagne graduellement les sphères nationales et mondiales.

Plus particulièrement, les 3 revendications majeures de Janadesh sont :

Ce mouvement de masse travaille dans 8 États de l'Inde (Madhya Pradesh, Chattisgarh, Orissa, Bihar, Jharkhand, Uttar Pradesh, Tamilnadu et Kerala), en contact direct avec 4000 villages, soit 5 millions d'Indiens. Les membres d'Ekta Parishad concentrent leurs efforts dans des zones reculées où l'agriculture est le principal moyen de subsistance.

La participation mondiale à Janadesh 2007

Janadesh n'est pas uniquement un évènement indien dans la mesure où il nomme aussi à une mobilisation mondiale. De nombreux organismes (Mouvement des sans-terre, surtout) soutiennent cette marche, en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique Latine, en Asie et en Afrique. Des lettres d'informations, des expositions et des films sont produits sur ce sujet. La journée du 17 avril a été instituée «Journée des luttes paysannes» par Via Campesina en hommage aux paysans sans terre brésiliens tombés en 1996 sous les balles des soldats réprimant une manifestation pacifique. À l'occasion du 17 avril 2007, la Confédération Paysanne, Peuples Solidaires, Frères des Hommes et Solidarité ont publié un communiqué de presse conjoint annonçant le soutien à la Campagne Janadesh 2007. Des marches de soutien sont prévues de Berne à Genève pour annoncer la Campagne et sensibiliser le grand public. Une caravane Janadesh sillonnera l'Europe et les festivals en proposant des animations à destination du grand public sur les problématiques d'accès à la terre. Enfin, une campagne de plaidoyer parlementaire, organisée par Ekta Europe, vise à sensibiliser les élus européens sur Janadesh et leur proposant d'écrire au Premier Ministre indien.

Ainsi, la totalité du mouvement Janadesh mobilisera 150 000 personnes à peu près, à travers différentes actions. 25 000 indiens vont adresser une lettre au Premier Ministre accompagnés par 25 000 autres personnes de l'ensemble des points du globe. 25 000 plaintes foncières exactement documentées seront aussi adressées au gouvernement. 25 000 enfants porteront les bracelets de l'amitié de Janadesh et 25 000 adultes (dont 250 étrangers parmi lesquels des ONG partenaires, des journalistes et divers partisans) se préparent pour la marche. 25 000 personnes autour du globe sponsorisent ceux qui marchent.

Liens

Références

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Janadesh_2007.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu