Collectif sans ticket

Le Collectif sans ticket est un collectif militant existant à Bruxelles, Liège et Marseille. Le collectif sans ticket est essentiellement actif à Bruxelles ainsi qu'à Liège de 1998 jusqu'au début des années 2000, actuellement en "sommeil".



Catégories :

Association ou organisme - Transport en Belgique - Précarité - Réappropriation - Altermondialisme

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Tract Collectif bisontin " Sans ticket ". mardi 14 octobre 2008, par LCR fc... Le réseau de transport bisontin est aujourd'hui assuré par Kéolis, ... (source : lcrfranchecomte)
  • Cette liste transmet les infos relatives aux activités des Collectifs sans ticket (CST - groupes d'usagers des transports en commun sur le territoire belge... (source : listes.domainepublic)

Le Collectif sans ticket est un collectif militant existant à Bruxelles, Liège et Marseille. Le collectif sans ticket est essentiellement actif à Bruxelles ainsi qu'à Liège de 1998 jusqu'au début des années 2000, actuellement en "sommeil".

Il revendique le droit au transport et la liberté de circuler librement. Parmi ses méthodes d'action, on peut relever la publication d'une carte de droit au transports donnant symboliquement accès au transport en communs et utilisée par les milliers de sympathisants du collectif comme vecteur du message politique, l'organisation d'interventions dans les réseaux de transports en commun pour créer des zones de gratuité temporaires (free zone), ...

Le collectif sans ticket a interpellé la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) par des actions publiques et des actes de désobéissance civile.

La médiatisation de ces actions a réactualisé les revendications antérieures d'autres associations[1] et du parti Ecolo, que le CST interpelle par courrier[2].

Indépendamment du CST ou non, quelle que soit l'analyse, la situation évolue : en avril 1999, la STIB octroye 120 000 titres de transports gratuits aux "organismes d'aide sociale"[1]. En mars 2000, un abonnement "social" voit le jour à Bruxelles pour les VIPOs (personnes veuves, invalides, pensionnées et orphelines). En avril 2001, un budget de la région bruxelloise soutient financièrement cette initiative [3]

En automne 2006, le collectif sans ticket finalise un procès l'opposant à la STIB.

Le collectif sans ticket a aussi lancé l'initiative de l'écolabus, ancien bus des transports publics belges transformé en vecteur pédagogique pour le droit aux transports, les solutions de carburant alternatif (ce bus peut rouler avec de l'huile végétale).

Bibliographie

Organisations semblables

En France, l'association Réseau pour l'abolition des transports payants (RATP) créée en 2000, poursuit les mêmes objectifs.

Notes et références

  1. citons les associations de chomeurs, dont "chomeur pas chien", ATD quart monde et des ONG (Terre des hommes)
  2. lettre du CST aux élus écolos
  3. site officiel de la région bruxelloise

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Collectif_sans_ticket.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu